Archives de catégorie : Billets

Gouverner les mines au Maroc

Ressources minières, territoires et régulations

Les travaux de recherche exposés dans ce carnet proposent un regard croisé entre différentes disciplines de sciences humaines et sociales, mais aussi de sciences de la terre, pour étudier les manières de gouverner et les logiques du vivre ensemble dans le secteur extractif marocain. Les recherches menées tentent de saisir au plus près du terrain certains enjeux du développement au Maroc et de sa gouvernance.

L’exploitation des ressources du sol et sous-sol africain n’a rien d’un phénomène nouveau et, au Maroc, elle était déjà pratiquée pendant la période précoloniale. Néanmoins, la hausse des prix des matières premières dans les années 2000 a conduit à un regain d’intérêt pour les activités minières en Afrique dans un contexte économique international marqué par la crise financière, la demande croissante des pays émergents (qu’il s’agisse de minerais ou de sécurisation des filières alimentaires), la montée concomitante des cours des matières premières et de l’appropriation des terres, le développement de politiques néo-libérales à l’échelle mondiale, ou encore les mobilisations populaires appelant à un meilleur partage des retombées de ces rentes, etc. L’articulation de ces différentes dynamiques éclaire de façon nouvelle les enjeux suscités par la gestion et l’exploitation de ces ressources pour les États et ses différentes institutions, les populations, les travailleurs locaux, entreprises nationales ou internationales, etc. Elle donne lieu à des processus sociaux, économiques et politiques multiformes qui donnent à voir, parfois de manière contradictoire, des phénomènes globaux de première importance (capitalisme industriel mondialisé, dépendance des pays producteurs, conflictualités du travail, renégociation de la place de l’Etat et des collectivités territoriales, durabilité́ environnementale et sociale de la croissance, reconfiguration de la citoyenneté, etc.), tout comme des phénomènes plus localisés, à la base de reconfigurations sociales et politiques de premier ordre (renégociation des espaces urbains et ruraux, transformations des dynamiques familiales, transformations de l’économie domestique, etc.).

Ce projet porte alors sur les relations de pouvoir et les mécanismes de gouvernance en contexte minier marocain, et tient compte des différentes temporalités des activités extractives (prospection, exploitation, fermeture de la compagnie, extraction informelle, etc.). Il insiste alors plus particulièrement sur les relations de pouvoir et sur la signification socio-politique des transformations en cours dans différents bassins miniers marocains. L’objectif est d’adopter une démarche dynamique et empirique, et de sortir d’approches souvent normatives et peu ancrées dans la réalité sociale. Outre cette volonté d’aborder le secteur minier « par le bas », ce projet vise également la prise en compte des politiques de dérégulation, de privatisation et de libéralisation, généralement associées au processus de globalisation, en insistant sur leurs négociations et réinventions au niveau local. Il s’agira plus largement de poser la question des manières de gouverner et des logiques du vivre ensemble, à partir d’études de cas spécifiques à la situation minière marocaine.