Colloque International

Ce colloque constitue un moment privilégié pour présenter les résultats d’une équipe de chercheurs de l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme, de l’Institut de Recherche pour le Développement et de l’Ecole de Gouvernance et d’Economie autour du thème de « la vie après la mine ». Il s’agit aussi bien d’exposer les premiers résultats issus de deux terrains marocains à un œil extérieur que de les mettre en perspective en interrogeant, non plus le déclin urbain, mais les rythmes urbains au gré de l’évolution de l’exploitation minière. 

En effet, la ville minière aurait des caractéristiques propres, car elle suivrait ceux de l’exploitation minière qui lui a donnée naissance. Le rythme de cette dernière imposerait aussi bien la manière de la gouverner que ses caractéristiques socio démographiques. L’objectif de ce colloque est précisément d’interroger ces temporalités et les liens qui unissent ou au contraire disjoignent l’activité minière et les territoires qui l’abritent. Pour cela, seront interrogés à la fois les dynamiques impulsées par le « haut »: la planification spatiale, le système politique local et ses élites, la gestion urbaine et les politiques de reconversion mais également celles initiées par le « bas ». Il s’agira d’interroger ici les urbanités, la vie quotidienne de ses habitants ordinaires et ses mobilisations en fonction des fermetures, pollutions et autre perte de ressources naturelles. L’accent sera mis tout particulièrement sur les acteurs et leur appréhension du changement afin de placer le regard au plus près de ce que vivent ces territoires et leurs habitants. L’idée est de faire la lumière sur la gestion de ces territoires par les acteurs institutionnels et d’appréhender les conditions de vie quotidiennes des habitants, leur organisation et leurs mobilisations dans leur interaction et en fonction du moment de l’exploitation de la mine. 

Trois moments du colloque : 

1/ Interroger la ville minière et son territoire au rythme de la mine dans le contexte international

Comment se répercute le rythme de la mine (suivant quelles temporalités) sur la démographie et les migrations urbaines, sur l’économie urbaine, sur les négociations entre acteurs, les contestations et mobilisations ? L’exploitation minière et les profils démographiques des villes minières; Indemnisations/ compensation vs contestations.Y’a-t-il un développement spécifique aux territoires miniers? (notamment questions des modèles de développement et de l’articulation des politiques publiques économiques et de leurs échelles) De l’exploitation industrielle à l’exploitation informelle : emploi et économie urbaine 

2/ Gouverner la ville minière 

Si la naissance des villes minière fait intervenir un acteur institutionnel omnipotent ; l’entreprise minière, les évolutions qui suivent font intervenir progressivement i) les collectivités territoriales et leurs élites dans la gestion urbaine au gré des progressions de la décentralisation, ii) les départements centraux gérant les questions relatives au développement humain et social, iii) ou ceux relevant du sécuritaire et de la planification urbaine. Ces acteurs institutionnels ont à répondre aux besoins sociaux et aux mouvements de contestation qui émergent justement en fonction des impacts sociaux de l’exploitation minière (ségrégation socio-spatiale, conditions du travail des mineurs, fermeture de la mine, chômage, mine informelle, mécanisation de l’exploitation…). Les plans de reconversion sont constamment modifiés en fonction des enjeux locaux et de leur appropriation par les élites locales d’une part et de l’ampleur des mobilisations d’autre part. 

3/ La ville minière par le bas 

Face à l’espace conçu par l’entreprise minière puis par les départements de l’urbanisme, la ville minière, souvent ségréguée, montre aussi des habitants ordinaires développant des pratiques et des formes d’urbanités particulières qu’il s’agit de mettre en exergue. Face au rythme de l’exploitation minière, à l’offre d’emploi, de services et d’opportunités foncières, les habitants développent des stratégies de survie et des compétences qui se retrouvent dans l’habitat non réglementaire, les mines informelles, la pluriactivité que nous souhaitons ici décrypter. Enfin, les impacts négatifs de la mine (sur l’environnement, sur les ressources, sur la sécurité des mineurs) et les conditions de vie qui en découlent font émerger des mouvements de contestation plus ou moins violents. Ces mouvements mettent en lumière des capacités et des formes d’organisation particulières qui rejettent parfois les forces traditionnelles (partisanes, syndicales et même associatives). 

Ressources minières, territoires et régulations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search