Projet VAMS

La Vie après la Mine : Solidarités, Sociabilités et Gouvernance 

Le cas de Jerada et Youssoufia

Ce projet de recherche en sciences humaines et sociales sur les villes minières en déclin de Youssoufia et Jerada est financé par le CNRST et la fondation OCP pour une période de 3 années (2017-2019).

Il est porté par une équipe de recherche de l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat (INAU) dirigée par le Professeur Aziz Iraki. 

L’étude pluridisciplinaire des villes en déclin constitue actuellement un champ de recherche international foisonnant. En effet, et malgré la poursuite du processus d’urbanisation à l’échelle mondiale, un nombre croissant de villes sont aujourd’hui considérées comme en déclin. Même si leur distribution reste inégale (selon un rapport récent d’UN-Habitat, 40% des villes de plus de 100 000 habitats situées au Nord déclinent contre 10% au Sud, principalement en Asie et en Amérique Latine), les dynamiques de déclin urbain constituent désormais un phénomène global, de surcroît sans doute appelé à s’accélérer dans un avenir proche (Moreno, 2008). Il convient préalablement d’évoquer brièvement le débat actuel sur la définition du déclin urbain : certains chercheurs considèrent que la décrue démographique constitue l’unique indicateur du déclin urbain, tandis que d’autres le définissent comme un ensemble multidimensionnel de processus démographiques (par exemple, le vieillissement ou le déficit migratoire), socio-économiques (la récession de l’économie urbaine, la montée du chômage, la paupérisation de la population),  géographiques (le déclin se joue à l’échelle communale, métropolitaine, voire à celle de la « cité-région ») et physiques (le délabrement et l’abandon des équipements publics et industriels, des infrastructures, des logements et des espaces publics). Selon ces derniers chercheurs, ces différents processus en interactions constituent les symptômes d’une crise urbaine structurelle (Audirac, 2014). C’est cette deuxième définition que nous retiendrons dans le cadre de ce projet. 

L’extension mondiale du déclin urbain pose par ailleurs de nombreuses questions intéressantes qui nourriront ce projet. Elle contredit ainsi plusieurs croyances classiques sur le développement, comme la foi en l’inéluctabilité de la croissance des villes ou encore le lien entre croissance démographique et croissance économique. Elle interpelle également les visions traditionnelles de la gouvernance et de la planification. Ainsi, dans un contexte de déclin urbain structurel, les « bonnes recettes » mises en avant en matière de gouvernance urbaine (montée en puissance du secteur privé dans la gestion des villes, partenariats publics-privés etc.) s’avèrent de plus en plus fréquemment impuissantes à favoriser le retour de la croissance. Par ailleurs, les outils traditionnels de l’aménagement et de l’urbanisme ne sont pas armés pour répondre à un contexte de déprise urbaine et compliquent ainsi l’action publique dans ces contextes spécifiques. L’un de nos objectifs au cours de ce projet sera dès lors d’utiliser notamment cette littérature récente afin d’affiner l’analyse et la caractérisation des dynamiques de déclin urbain au Maroc.  En effet, dans un nombre croissant de pays du Sud, des villes bâties autour d’activités manufacturières et/ou extractives connaissent des processus relevant du déclin urbain. Pourtant, le déclin urbain au Maroc n’a pas encore constitué l’objet d’une étude spécifique, alors même que les cités minières qui ont perdu leur activité économique principale (la mine) posent un défi aussi bien aux politiques publiques relevant du développement social  et économique qu’aux acteurs locaux du développement.

Ce projet vise ainsi à mieux apprécier les mécanismes socio économiques mis en œuvre par les populations pour vivre (survivre) dans un tel environnement. Après une enquête préliminaire visant à caractériser la trajectoire des villes minières sur la base d’éléments quantitatifs, trois portes d’entrées seront privilégiées pour le travail qualitatif dans les deux villes de Youssoufia et Jerada: économique, sociale et politique. Des entrées qui auront une spécificité commune : le besoin de travailler à la lisière des disciplines classiques des sciences sociales, faisant se rencontrer le social et l’économique (1), le géographique et le social et le politique (2 et 3)…

La première entrée part d’un constat  largement décrit dans des études récentes (CREHAD) :l’importance primordiale de « l’économie résidentielle  » dans les cités minières. Evaluée à 75% sur les bases de critères indirects de calcul,  cette économie, basée sur les pensions de retraités et des envois des émigrés  reste à analyser dans ses mécanismes de fonctionnement. 

En effet, ces dernières années, l’économie résidentielle, dont l’appellation a évolué vers l’économie présentielle, s’est imposée dans les débats et analyses relatifs au développement local. Au  cœur des préoccupations de nombreux travaux de recherche, cette sphère de l’économie suscite un  engouement particulier à la fois des académiciens et  des praticiens.  

Les enjeux et les interpellations que suscite ce nouveau concept plaident pour une étude exploratoire dans le contexte marocain (à travers le cas de Jerada et  Youssoufia) dont l’objectif est de comprendre les mécanismes de fonctionnement du développement  territorial sans viser l’objectif  ambitieux de le mesurer via l’étude exhaustive et quantitative de l’ensemble des activités présentielles. 

Prospecter les mécanismes du fonctionnement nous renvoie à interpeller des logiques radicalement différentes de celles du développement macro-économique (Laurent Davezies, 2012): alors qu’au niveau national, le Produit Intérieur Brut (PIB) reste la variable clé du développement, au niveau local, croissance ne signifie pas nécessairement développement. Le niveau de développement d’un territoire dépend en réalité bien plus de sa capacité à capter de la richesse (revenu) qu’à seulement en produire (PIB). 

Selon L. Davezies, vouloir expliquer le développement économique des territoires en se référant uniquement au levier productif, à la création de richesses, était une erreur. La partition de l’économie en deux sphères, présentielle et non-présentielle, permet une meilleure compréhension des logiques de spatialisation des activités et de mettre en évidence le degré d’ouverture des systèmes productifs locaux. 

Mettre à  l’épreuve des faits le concept  de l’économie résidentielle, à  travers l’étude des villes dominées dans le passé par l’économie non présentielle (anciennes villes minières), permettra de fournir une grille d’analyse, de ce que nous appelons, des processus d’internalisation (la substitution de la dominance de l’économie non présentielle par l’économie présentielle) et autres mutations économiques à l’œuvre dans lesdits territoires.

En se référant à  la définition de l’INSEE, « Les activités présentielles sont les activités mises en œuvre localement pour la production de biens et de services visant la satisfaction des besoins de personnes présentes dans la zone, qu’elles soient résidentes ou touristes ».

« Les activités non-présentielles sont déterminées par différence. Il s’agit des activités qui produisent des biens majoritairement consommés hors de la zone et des activités de services tournées principalement vers les entreprises correspondantes »

Nos questions de recherche se déclineront ainsi : Comment l’économie présentielle contribue au développement  local des anciennes villes minières? Quelles sont les caractéristiques du passage d’une économie non présentielle à une économie présentielle ? Quels sont les mécanismes du fonctionnement de l’économie présentielle ? Sur quelles logiques d’articule-t-elle? 

La réponse à ces questions passera aussi par l’introduction  de la dimension anthropologique dans l’analyse économique (François Regis Mahieu, 1994).   Notre recherche consistera aussi  à mettre en exergue les logiques du  comportement économique des acteurs urbains  au sein de l’ensemble de leurs logiques et  contraintes (Crozier…).Comment se vit et se reproduit une famille de retraités? Quelle place y ont les jeunes célibataires? Quelles types d’ajustements, de solidarités économiques met-elle en œuvre? Quelles continuités et ruptures dans les compositions familiales? 

La seconde entrée part, également, du constat suivant : la petite ville et la ville moyenne, en général, et plus particulièrement les villes minières de constitution récente (comme Jerada et Youssoufia) ne bénéficient que de peu d’espaces publics alors que leur construction s’est souvent  faite sur des bases ségrégatives, séparant les cadres des autres employés, mettant en place des espaces résidentiels fermés… Ces villes produiraient ainsi davantage de délinquance, d’insécurité, de zones de non-droit.  

Comment se vit une telle ville par les citadins ordinaires? Comment mobilise-t-on « ancrage et mobilité » (Bourdin) (quelles appartenances, quelles mobilités dans les discours, dans les comportements  et les projections? ? La fragmentation spatiale observée se traduirait- elle aussi par une fragmentation sociale (deux sociétés qui se tourneraient le dos, F. Navez-Bouchanine, 2002)? Et, corrélativement, quelles centralités, quel espace public (à appréhender ici dans sa triple signification comme espace physique ( formes, reconfiguration), comme espace social ( liens sociaux, mixité,  sociabilités, solidarités,  formes d’appropriation sociale) et comme espace politique (Habermas) liberté d’expression,  mobilisations collectives, etc ) ?  

Outre les lieux de centralités, comment se vivent les quartiers populaires (solidarités, voisinage) dans des villes marquées par  la présence de retraités et pensionnés, le très fort chômage des jeunes… Comment se présente l’habiter face aux recompositions des liens sociaux au sein de la famille ? 

La troisième entrée concerne la gouvernance et l’action sociale de l’Etat et les pouvoirs locaux et municipaux  dans un contexte de déclin économique.

Au niveau de la gouvernance locale, le désengagement progressif de l’OCP depuis une quinzaine d’années a entraîné une recomposition du pouvoir urbain caractérisée notamment par la montée en puissance de certains acteurs (municipalité, associations etc.). Il conviendra dès lors d’analyser l’ « épaisseur » du paysage institutionnel des villes minières face à la crise afin de mettre en lumière la stratégie de développement poursuivie. Comment le (re)développement des villes minières est-il négocié et mis en œuvre, quels acteurs sont impliqués, quels conflits et quelles alliances modèlent la stratégie de développement local ?

Par ailleurs, toujours au niveau politique, l’action sociale touche différents acteurs (municipalité, départements ministériels, OCP, entreprises privées, associations…). Ne se plaçant pas dans une démarche d’expertise, ce projet ne cherchera pas à évaluer ces actions. En revanche, il vise à les approcher du côté des populations et du pouvoir local. En effet, l’injection massive de ressources financières et symboliques (INDH, produits de l’OCP…) dans des contextes urbains (Jerada et Youssoufia) marqués par la déprise économique prend une importance particulière dans le renforcement des mouvements associatifs locaux et engendrerait des perturbations notables dans le champ politique local. En d’autres termes, comment ces actions ont-elles intégré dans leur processus de mise en œuvre les institutions, les pratiques informelles et les organisations antérieures des populations? Comment les populations apprécient-elles ces actions? A quel type d’organisation ont-elles donné lieu?  Quels canaux  l’intermédiation entre les autorités de la ville et les populations emprunte-t-elle? Comment ceux-ci ont-ils évolué avec les pressions sociales, les conditions posées par certains bailleurs de fonds…? Autant de questions qui ramènent aussi le débat à la reproduction et à la circulation des élites locales dans le contexte des villes intermédiaires en général et plus particulièrement dans celui des villes minières en déclin.

Ressources minières, territoires et régulations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search